guigi
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

05/10/2013

ESPRIT DE L ARCTIQUE(programme des spectacles sur ¨MUSICARCTIC.com")

Dans nos petites salles de spectacles provinciales, nous avons parfois la bonne surprise d'assister à des concerts sortant de l'ordinaire et ce fut le cas pour ce concert -voyage au pays du froid avec German et Claudia Khatylaev. Ce COUPLE DE MUSICIENS ATYPIQUES, ambassadeurs de Sibérie Orientale et de leurs tribus iakoutes, nous transportent, le temps d'un rêve, dans leur monde chamanique, habité par les bruits de la nature forte et des animaux de leur quotidien ainsi que par les esprits de leurs ancêtres. Découverts par une anthropologue, celle-ci leur a fait découvrir la France.
 C'est un spectacle extraordinaire donné par ce couple façonné par une vie dure mais pétrie d'une richesse naturelle dans ces contrées du Froid. Les mélodies interprétées avec une énergie sans faille sont issues de  la vie traditionnelle du peuple sakha en y mêlant des chants d'oiseaux, de chevaux, de loups. Les différents instruments à vent ou à cordes viennent de l' artisanat ancien,fabriqués avec des peaux et des matériaux issus des animaux qui les côtoient.

Une exception, La guimbarde en acier est l'instrument de référence qui confère une dimension mystique à leurs chants  réchauffant le cœur. Il faut dire que ce peuple habite des contrées où les températures hivernales atteignent -65°C. L'ambition de ce couple d'interprètes est, comme pour tous les artistes, de transmettre l'héritage de leur culture. Tout cela est imprégné d'un amour qui transpire à travers l'originalité de leur spectacle où résonnent les sabots des rennes et des chevaux, les brâmes , les hennissements(tous les bruits viennent des interprètes ou des instruments) .Comme pour les Mongols ou les Indiens, on devine l'omniprésence de l'esprit  des Ancêtres, la beauté des légendes et des épopées tribales racontées à travers la musique qui, entre autres vertus, a aussi celle de guérir par ses intonations chamaniques.(Cela me rappelle une similitude avec les pratiques de Ricardo Tsakimp, chamane d'Amazonie,qui a soigné et guéri un Français atteint d'un cancer:voir documentaire "l'Instant Magique")

 Ce petit souffle d'air frais , de sacré , de dignité nous rappelle un instant que nous sommes éphémères et que c'est seulement dans le respect et l'amour  de la Nature que nous nous réalisons!

IMG_1571.JPGIMG_1565.JPGIMG_1567.JPG

21:58 Publié dans Blog, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

29/09/2013

ARC ET SENANS-LES .MONGOLFIERES

P1010040.JPGP1010056.JPGP1080390.JPG
P1080387.JPG

BELLE MANIFESTATION, maiP1080407.JPGs de qP1080410.JPGP1080393.JPGP1080433.JPGuoi vous laisser amer sur la touche si vous n'êtes pas quelqu'un d'introduit, car le billet qui vous permet de monter à bord est à 160 Euros.

 Heureusement, sauf le dimanche après-midi car le public est confiné derrrière des barrières, il y a moyen de faire autrement si vous êtes un tout petit peu matinal, car les décollages ont lieu en général soit le matin très tôt ou en fin de journée, là où les conditions de vol sont optimales. Repérer tout d'abord les nacelles les moins chargées en passagers et ne pas hésiter à demander, après un grand bonjour traditionnel, s'il est possible de prendre votre modeste personne à bord. Si place il y a , après une rapide observation de votre faciès( pour apprécier s'il y a sympathie réciproque), vous obtenez souvent un acquiescement du responsable de bord .Attendre ensuite les instructions et vous proposer à toute action ou manœuvre qu'il serait nécessaire d'effectuer avant de monter à bord. Dès que vous quittez le sol, c'est l'aventure qui commence car les leviers de manœuvre sont limités :en général chauffer l'air du ballon  en actionnant  le brûleur fait monter, actionner la soupape d'évacuation de l'air fait descendre. La direction du déplacement est très aléatoire et suit la direction des vents qui peut varier selon l'altitude. Après , c'est l'expérience du pilote qui prime pour trouver les couches d'air qui collent le mieux avec son objectif d'itinéraire. Les conditions météo, très variables, sont déterminantes pour la réussite d'un vol.

 Avec le soleil, le spectacle ,lorsque l'on domine, est un ravissement. La faible vitesse de déplacement permet l'observation de la nature, des cours d'eau,des constructions, des animaux et de l'activité humaine. Sensationnel...On dispose de tout le temps pour faire des photos ou filmer. L'atterrissage peut parfois se révéler anxiogène. Pour ma part , les 2 atterrissages que j'ai effectué en compagnie d'un pilote belge puis suisse étaient parfaits. Après l'atterrissage, il faut participer au rangement et au chargement de la nacelle, de la voile et des accessoires. L'équipage suisse ,Manu, Chris et Marcel ont poussé le raffinement de l'hospitalité suisse jusqu'à offrir le champagne à l'atterrissage pour fêter dignement le vol. Délicieux de ressentir, au delà d'une belle balade aérienne, toute la chaleur de cette fraternité.

22:52 Publié dans Blog, Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

11/09/2013

FESTIVAL D'AURILLAC

01-P1080128.JPG02-P1080133.JPG04-P1080147.JPG05-P1080151.JPG06-P1080152-001.JPGP1080278.JPG

09-P1080160.JPG

 

P1080302.JPG

 

07-P1080154.JPG

Vingt-huit ans d'âge et toujours plein de prouesses dans l'expression artistique libre , le festival d'Aurillac surprend le néophyte que je suis  par sa vitalité bouillonnante et sa diversité culturelle.

 Le cadre de cette ville envoûtante, avec ses rues pittoresques et marchandes, ses espaces publics variés et accueillants, ses quais rafraichissants, se révèle comme lieu idéal pour permettre au théâtre de rues de s'exprimer pleinement dans ses expressions sociales, citoyennes , novatrices, souvent contestataires, parfois un brin anarchistes, orientées vers l'éveil de tous  nos sens (au sens large du terme).

 J'ai saisi au vol l'invitation de mon pote Fabrice pour passer quelques jours au festival de théâtre de rues d'Aurillac. Pas moins de 600 compagnies étaient au rendez-vous et cela est énorme. Difficile de s'orienter sur un programme bien concocté à moins de connaître les troupes ou de bénéficier des conseils éclairés d'un habitué.

 Dès que l'on pénètre dans la ville, on se sent tout de suite entraîné dans un tourbillon effréné d'images et de sons du spectacle inattendu de cette faune festivalière. Chaque espace a été investi. C'est ici une exposition de sculptures ,de gravures et peintures, là une pièce de théâtre comique ou dramatique, ici un show, là un groupe de jazz, ici un one-man-show, là un groupe de rappeurs, là des jongleurs et du cirque. Bien sûr, les commerçants sont en liesse car les consommateurs en nombre se laissent aller à la satisfaction de leurs désirs ou de leurs besoins. Le facteur chance intervient, car il en faut, pour tomber à l'impromptu sur le spectacle  qui vous accroche: marionnettistes, jongleurs, illusionnistes, conteurs d'histoires, polémistes révolutionnaires, acrobates, musiciens, etc...Les zonards sont ici en force et participent au spectacle, parfois pathétique, de ces bandes un peu paumées et marginales. Pacifiques, mais souvent accompagnés de chiens, ils semblent indifférents au monde qui les entoure et passent leurs journées à fumer, boire et communiquer en petits comités.

 Mais que vient-on donc chercher dans cette jungle occasionnelle? Si la question ne se pose pas pour un Emmanuel Valls profitant de l'événement pour se faire voir pendant 2 jours, la réponse n'est pas trop évidente pour le citoyen lambda. Tous ces chocs d'images et de sons aussi variés, anarchiques, contrastés, pléthoriques  stimulent certainement le cerveau et réveillent des souvenirs enfouis en nous, de façon consciente ou inconsciente. La soif de de profiter un maximum s'étanche rapidement et, la fatigue aidant, on aimerait pouvoir crier "pouce" pour suspendre quelques instants ce déferlement de chocs nouveaux afin de faire le point, la synthèse et ancrer certaines révélations. Ce déferlement de stimulis  est-il nécessaire à l'accomplissement de notre vie pour un bilan ou pour initier de nouvelles impulsions ? 

N'y a-t-il pas aussi la recherche de la mémoire de notre enfance et de notre vie passée? Et tous ces acteurs plus ou moins rôdés, ne sont-ils pas des adolescents attardés voulant diffuser, parfois cracher, leurs messages de révolte et d'insatisfaction à la face d'un monde manquant d'humanité et d'amour. Ce qu'ils expriment a le goût et la fraîcheur des choses vraies dont nous avons besoin pour nous régénérer sans cesse.

Tout ce monde de festivaliers, acteurs comme spectateurs , unis dans une osmose de recherche spirituelle secouent leurs âmes en donnant ou recevant. Même si , parmi cette population brownienne , certains se révèlent dérangeants, classiques, atypiques, cruels, idiots, trop doués, débridés, trop intelligents pour être honnêtes, naïfs, asociaux, marginaux, prétentieux, laxistes , excités, paradoxalement ils participent à la marche du monde pour un futur meilleur et induisent en nous les vecteurs de notre recherche vers l'infini.

 

20:32 Publié dans Blog, réflexions à débattre, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique