guigi
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/12/2018

MIEUX VAUT ATAR QUE JAMAIS

La découverte de Maaden est déjà derrière, mais elle reste bien présente dans mon cœur et je vais essayer de relater les éléments essentiels qui ont marqué ce séjour. Maurice FREUND avec qui j'ai voyagé pour la première fois en 1972 en Amérique du sud, est le vrai héros de cette épopée car, sans lui, rien de tout cela ne serait arrivé.Son vrai complice pour ce voyage est Pierre RAHBI, dinosaure lui aussi dans  le registre de l'agroécologie.Je redoutais une défection de dernière minute ,mais non tout le monde est bien présent  à l'embarquement à ROISSY.IMG_6698.JPGIMG_6712.JPGIMG_6759.JPGIMG_6802.JPG


Quelques éléments sur la MAURITANIE:ce pays n'a connu son essor touristique qu'en 1996 avec l'arrivée du vol charter mis en place par M. Freund et Point-Afrique Voyages. Cet âge d'or durera 10 ans avec un pic de fréquentation de 17000 touristes sur ATAR. Trekkeurs, randonneurs se déploient dans le désert maure pour découvrir Chinguetti, la 7ème ville sainte de l'Islam, Ouadane , vieille cité caravanière, l'oasis de Tergit, les ergs, la passe de Tifoujar, la mégalithe de Ben-Amira les gravures rupestres découvertes par Théodore MONOD,...Mais en 2007, l'assassinat de 4 touristes français va entraîner la déprogrammation du Paris-Dakar puis l'annulation de tous les voyages des tours opérators suite aux consignes de  sécurité alarmistes du Ministère des Affaires Etrangères. C'est Maurice qui débloquera la situation en 2017 grâce à sa très bonne connaissance du terrain et à ses appuis relationnels. 

 

A l'arrivée en soirée du mardi 18/12,après un vol confortable, nous avons tout de suite été pris en charge par SI-AHMED et son équipe qui s'occupera sans aucune fausse note de notre groupe de 24 personnes pendant tout le séjour. Les formalités de douane et police nous sont facilitées et nous passons une bonne nuit au campement situé dans la banlieue de ATAR car nous ne pouvons pas rejoindre Maaden de nuit.Le lendemain, six "TOYOTA HILUX" assurent notre transport .La route est bonne ,90 kms jusqu'à la piste  qui nous conduit au village de MAADEN EL ERWANE. Ces derniers  7 kms sont assez difficiles et, sans 4X4,ce serait mission impossible.

Le village de MAADEN est niché dans un creux entre un massif de grès noir qui domine et un immense champ de dunes. Le lit d'un oued très large délimite le village côté dunes ,en contrebas a été érigé un barrage afin de retenir l'eau qui dévale lorsqu'il pleut(en principe 1 fois par an).L'accueil de la population à notre arrivée est très chaleureuse.Un programme est défini par le groupe qui comprend des gens de compétence dans différents domaines et notamment l'agro-agriculture.

Bernard est le chef de groupe qui définit le programme et donne le tempo des différentes actions que nous ferons pendant notre visite. Il est de plus le président du fond de dotation de Pierre RAHBI. Sa détermination est profonde et on sent de la conviction dans tout ce qu'il partage avec les Mauritaniens et avec le groupe. Les compétences sont diverses dans le groupe avec un économiste Jean-Joseph , un apiculteur Paul ,un biologiste Bernard , une professeur de biologie-écologie Geneviève , un chirurgien Denis et son épouse Sylvie infirmière, un philosophe soufi Philippe Yacine, une journaliste Juliette ,une enseignante Evelyne, un animateur radio Richard, une enseignante Hélène, une cinéaste indépendante Jade, la coordinatrice du projet MAADEN Françoise, une pilote de ligne Caroline également initiatrice de la péniche verte dédiée à la permaculture, Jean-Michel, Thomas , Timoteh , Tom et moi-même, tous voyageurs curieux et soucieux de l'avenir. Bien sur ,Pierre RAHBI est l'invité d'honneur et l'on sent une véritable dévotion bien méritée pour ce pionnier de l'agro-écologie . Son discours ne varie jamais et il revient toujours à la base de son concept: l'univers est un tout qui fonctionne dans l'harmonie totale. L'homme sur la Terre doit respecter la mère nourricière et appliquer des règles de vie fondée sur la "sobriété heureuse". La femme est toujours au centre de ses convictions. Elle doit être toujours respectée et honorée car elle est la cheville ouvrière de l'avenir du monde. LES GRAINES REPRODUCTIBLES constituent un enjeu très important pour l'avenir de l'humanité. Pour Pierre, le modèle existant est à l'agonie et il faut rétablir le sacré.

La visite des jardins commence par la parcelle d'honneur attribuée à Maurice Freund. Il y a principalement des carottes de différentes variétés.IL est rappelé que les cultures doivent être mélangées car les plantes échangent les oligo-éléments dont elles ont besoin pour une croissance idéale. Je fais la connaissance de DJIBRILL ,très ancien cultivateur et qui a donné un fils-ministre au village. Ce fils travaille sans relâche pour que ce village pilote de MAADEN devienne un exemple. Bernard indique qu'un rouleau de film de chanvre est prévu dans le container de janvier. Ce film,recouvert de 5 cm de sable,  permet l'élimination des mauvaises  herbes dans les nouvelles plantations. Il y a aussi des tomates, du basilic, des oignons, de l'orge, de la luzerne. Le cheikh fondateur du  village, a pensé à construire un barrage qui permet la rétention de l' eau de l'oued dans le sol et dans le massif de dunes contingent au village. La nappe d' eau qui s'est constituée a permis la construction de puits et l'installation des populations nomades qui se sont sédentarisées. .Ce barrage doit être rallongé jusqu'aux dunes.

 La visite se poursuit par la parcelle des femmes, commencée en 2017 ,qui vendent sur le marché local carottes, ognons, aubergines, gambo(orge), carottes nantaises et boléro. Puis visite des gabions, barrages de pierres empilées et grillagées, qui ralentissent le flux tumultueux de l'oued lorsqu'il pleut ,rarement mais de façon violente. Le retour à notre campement  se fait à pied à travers les dunes.Pendant le repas du soir, toujours très convivial, un invité d'honneur, un charmant scorpion qui file sur les tapis avant d'être écrasé par la sandale de SI-AHMED. Pour conclure la soirée, Yassine donnera une conférence sur le soufisme.

Le jour suivant, toute la délégation visite les écoles du village. Maaden compte 300 familles ,soit 2000personnes environ.L'école primaire compte 200 élèves et le collège 100 .Les besoins sont immenses car les locaux sont vétustes et les enseignants , en nombre limité, manquent de tout le matériel nécessaire à un bon enseignement: tables,  cahiers, livres, fiches pédagogiques… etc .Les enfants sont très heureux et fiers d'avoir des visiteurs. Ils sont accompagnés pour comprendre une démarche globale de l'école à la vie active.

 Ensuite ce sera la visite de la coopérative féminine.En plus de leur activité agricole,les femmes réalisent des pâtisseries, du pain cuits dans des fours collectifs.Ginette, qui fait partie du groupe et habite à Chinguetti depuis 12ans, va les initier en plus à la fabrication des confitures,  gelée de bissap et confiture de dattes, qui peuvent se vendre à Nouakchott.Les femmes sont ravies de ce débouché prometteur .En outre, les femmes vont recevoir en janvier grâce au fond de dotation de Pierre RAHBI, un petit motoculteur , un broyeur à henné, un moulin à farine pour les noyaux de dattes(nutrition des chèvres).

Le dernier jour à Maaden sera consacré à la visite des extrémités de la palmeraie où se trouvent des petits villages secondaires, ceci afin qu'ils ne se sentent pas exclus.

 Pour finir le séjour , ce sera la palmeraie de TERGITT, un peu trop touristique puis la palmeraie  de  TAWAZ qui s'assèche désespérément. Il y a un accueil fabuleux de la population au son des tambours et guitares. Tous les invités d'honneur sous les tentes pour un repas fastueux servi dans de grands plateaux. Je mange un peu trop, poussé par mes hôtes et le soir ,j'aurai un embarras gastrique. Le soir, fourbus, nous retrouvons le camp des ALMORADIDES et ses petites cases dans la banlieue de ATAR.

 Petit désagrément le lendemain à notre avion venant de NOUAKCHOTT ne peut atterrir à ATAR car le vent de sable limite la visibilité. Nous décollerons à15H au lieu de 8H, ce qui prolonge les liens dans le groupe.Le soir, ayant manqué le dernier train, Evelyne  m'accueillera à Paris pour être à proximité de la gare de LyIMG_6694.JPGon.IMG_6826.JPGIMG_6865.JPGIMG_6875.JPGIMG_6857.JPGIMG_6837.JPGIMG_6818.JPGIMG_6836.JPG

19:36 Publié dans Blog, réflexions à débattre, Voyage | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Merci pour ce récit très intéressant François! Quel beau projet! Merci de nous apporter ton point de vue et tes précisions! Bien amicalement! Juliette

Écrit par : Juliette | 01/01/2019

Répondre à ce commentaire

merci pour cette lecture , très bon résumé ,la suite l'année prochaine ,
Merci encore evelyne

Écrit par : evelyne | 07/01/2019

Répondre à ce commentaire

Tu nous avais annoncé début Décembre, mon cher François, que tu allais vivre pour qq jrs une nouvelle expérience dans ce pays enfoui dans les sables, ô combien mystérieux, qu'est la Mauritanie. Cette fois, tu n'aurais pas à avaler des milliers de kms de bitume puis de pistes pour y parvenir comme tu l'avais fait en 2009, ne fût-ce que pour le traverser en 4X4 avec comme objectif le pays dogon, ou un an + tard sur ton 2 roues motorisé pour rallier Dakar en solo. Le poids des années se faisant sûrement sentir, + question d'avoir à franchir "un no-man's land infâme de cailloux et de sable, parsemé d'épaves de véhicules entre Maroc et Mauritanie" (sic). Peut-être pensais-tu ne jms y retourner, mais "mieux vaut ATAR que jms". Ce jeu de mots traduisait ton état d'esprit après avoir saisi l'occasion de l'aborder à nouveau, au moyen d'un "vol confortable" cette fois, comme il sied à un vieux baroudeur rompu aux voyages, ayant crapahuté sur tous les chemins du monde.

On aurait pu s'attendre à ce qu'une caravane de chameaux vous convoyât cahin-caha, jusqu'à l'heureux "village élu", s'agissant de Maaden (pour faire court) au"nom qui chante comme une promesse" avais-tu dit avt ton départ, probablement parce qu'il rime avec Eden. On aurait aimé te (sa)voir enfourcher une de ces robustes bêtes à bosses avançant de gré ou de force, toi qui aimes tant caracoler sur tes montures vrombissantes. Mais à tout seigneur, tout honneur, et comme le tps vous semblait compté, ce furent ni + ni moins "6 TOYOTAS HILUX", ces méharis de luxe des tps modernes qui acheminèrent votre groupe de 24 personnes aussi compétentes qu'épatantes. Les liens entre vous n'ont pas tardé à se tisser, si bien que vite familiarisé avec les membres de l'équipe, tu nous en a énuméré prénoms et professions, te classant avec qq autres dans la catégorie "voyageurs", ayant eu certes de bonnes raisons de se trouver là, puisque "curieux" (de nature) et "soucieux de l'avenir". Voici un beau credo qui t'a amené, n'en doutons pas, à ressentir à ton tour "une véritable dévotion pour ce pionnier de l'agro-écologie" qu'est Pierre RAHBI. Tu le qualifies même de "dinosaure", ce patriarche au petit gabarit mais d'une immense sagesse. Que dire de Maurice FREUND, "le vrai héros de cette épopée" (é)cri(e)s-tu, ce fervent voyagiste, ami (déjà de par son nom dont c'est la traduction) de tous les passionnés d'aventures qui t'a transmis peut-on penser, la fibre des baroudeurs, en te prenant sous son aile dans son avion qui te transporta, il y a près de 50 ans, vers l'Amérique du sud.

On voit que tu n'as pas pour autant négligé le contact avec les autochtones qui vous ont réservé, cela va se soi, un accueil si chaleureux. A commencer par SI(dit)AHMED, le G.O. qui depuis votre arrivée sur le tarmac, ne vous a pas lâchés d'une semelle au point de s'en servir lors d'un repas étalé sur les tapis, pour éliminer un terrifiant intrus qui aurait pu causer à l'un d'entre vous une morsure mortelle, même si tu n'y as vu qu' "un charmant scorpion, "un invité d'honneur", en homme fasciné par le désert qui face aux dangers qu'il peut recéler, tient à montrer qu'il n'a pas peur. Et puis il y eut ce brin de causette avec le vénérable DJIBRILL, un cultivateur "très ancien" quoique pas encore fossilisé, dont une des précieuses graines qu'il a jadis semées a donné un fruit, ou +tôt un fils devenu "ministre", à l'échelle du village tout au moins, où, comme il t'a été rapporté, il "travaille sans relâche" pour qu"il devienne un exemple". Honneur à lui de vouloir faire de Maaden un village-pilote avec les aides fournies, histoire de se substituer aux pilotes du Paris-Dakar qui ont disparu de la scène africaine!

(voir suite)

Écrit par : FLANZY Jacques | 22/01/2019

Répondre à ce commentaire

On te suit aisément dans tes commentaires sur les jardins visités en premier lieu et la leçon de jardinage en terre aride qui en découle en dépit du peu d'eau que les villageois recueillent quand Dieu le veut (si ce n'est le sorcier!)et grâce aux barrages de fortune édifiés aux abords de l'oued qui n'a cours que très rarement. S'il convient de mélanger les plantes qu'on veut faire pousser, il n'empêche que les femmes ont leur parcelle à elles, par esprit de compétition qui sait? En diversifiant les cultures, de carottes ppalement et en les initiant à la fabrication de confitures, de dattes notamment, voilà pour la population locale, de quoi améliorer l'ordinaire des maigres repas du quotidien qui peuvent dans une grande occasion, comme par magie, devenir "fastueux" comme celui qu'on vous a servi "dans de grands plateaux". J'espère que tu as pris date quant à l'importation de ces gourmandises exotiques que les Maadiennes comptent expédier dans la capitale et pourquoi pas, au-delà des frontières: elles en seront d'autant + "ravies de ce débouché prometteur". Jusqu'aux chèvres qui pourront se régaler de noyaux de dattes réduits en farine quand un moulin à cet effet leur sera parvenu!

Ce fut ensuite au tour des écoles de recevoir l'attention de tte votre délégation. On imagine facilement les locaux vétustes accueillant des classes surchargées, en même temps que cruellement dépourvues de moyens comme tu le soulignes. L'enseignement à minima que tous ces jeunes reçoivent et la visite insolite de cet aréopage de doctes personnes que vous formiez et qui avait tout lieu de les réjouir, suffira-t-il + tard à améliorer leur sort? On peut en douter, même si le louable programme qui a été lancé va permettre aux familles de mieux se sustenter.

Tu as planté au début de ton récit le décor de votre villégiature sub-saharienne. La verdure doit y être bien rare entre un "immense champ de dunes" et un massif de grès.. devenu noir par mimétisme pourrait-on croire. Ceci dit, on se fait difficilement à l'idée d'une oasis sans sa palmeraie. C'est qu'il vous a fallu attendre le dernier jour pour vous rendre compte de son existence et en visiter ne fût-ce que les extrémités, puis une ou deux autres plus connues sur le chemin du retour. Mais quand le vent se met à souffler, soulevant le sable, la vue est forcément réduite, si bien que les avions doivent rester cloués au sol et les passagers cloîtrés dans une aérogare comme tu en as fait l'expérience 7 heures durant, sans que tu trouvasses le tps trop long, imprégné que tu es de sagesse africaine. Qu'en a-t-il été au fait, du vol aller qui était prévu le dimanche 16 Décembre alors que vous ne vous êtes posés qu'au soir du 18? Etait-ce dû au vent contraire de la contestation soulevé par nos gilets jaunes?

Un tel "petit désagrément", pas + que tes embarras gastriques provoqués par une panse trop bien remplie le dernier soir, n'ont pu ternir assurément l'image que tu retiens de ce bref périple "promettant d'être fantastique" avais-tu écrit avt ton départ. On te connaît, brave François, on te sent tjr enthousiaste à l'idée de découvrir d'autres terres, d'aller à la rencontre, même si ce n'est pas au service, d'autres peuples, de gens le + svt très peu fortunés. Dans ta quête de spiritualité menée depuis le Chemin de Compostelle et renforcée par ton expérience mystique au monastère niché dans l'Atlas, tu es revenu cette fois éclairé peut-on penser, par la vision qu'a pu te donner à travers sa conférence le philosophe soufiste qui était du voyage. Aurais-tu fait à ton insu, auprès des Maures, ton chemin de Damas? A toi de venir éclairer à ton tour, ton vieux pote alsacien quand bon te semblera...

Jacques

Écrit par : FLANZY Jacques | 22/01/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique