guigi
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/10/2016

POURQUOI CE VOYAGE A MIDELT EN MOTO ?

J'ai essayé d'analyser les vraies motivations de ce voyage effectué en moto ,en dehors du groupe ADN dont je fais partie,pour expliquer à mon entourage et aussi  pour me comprendre . J' ai pris cette option spontanément, sans grande réflexion, avec quelques regrets lorsque j'étais dans les difficultés ou dans la sensation de solitude.

Est-ce un désir de marginalisation, d'affirmation, de démonstration qui a animé cette volonté de vouloir faire ce voyage autrement ?


 D'emblée , j'ai trouvé que le voyage par avion était trop rapide, trop bref.Une semaine, d'expérience, cela me semblait court pour un tel déplacement et j'avais envie que ce voyage dure plus longtemps.Chaque année, j'essaye de faire un périple en moto,en automne ou au printemps. Ayant déjà parcouru le Maroc ,j'avais envie de découvrir un peu mieux cette région de Midelt que je ne connaissais pas. Il faut que j'avoue que je suis un être excessivement long en tout pour la compréhension des choses.Il me faut du temps, un temps fou parfois excessif pour analyser , comprendre...Je finis toujours par  faire ce travail d'assimilation, de compréhension, mais si je n'y vois pas un intérêt primordial, il me faudra du temps pour cela. Je suis ainsi depuis tout petit, dois-je confesser! Pendant ma scolarité en secondaire, je me souviens que j'étais long à assimiler, à comprendre, tout en étant bon ,malgré tout , dans beaucoup de matières. Indépendamment de cette lenteur, il y a aussi chez moi un impératif d' indépendance et de liberté. J' accepte difficilement tout carcan me contraignant à une certaine obéissance aveugle.Je dois cela à ma prime enfance pendant laquelle mon père , militaire très dur, m'enfermait dans une discipline  rigide et très austère.Dès que j'ai été majeur, je n'ai eu de cesse d'affirmer ma soif d' indépendance et de liberté dans tous les domaines, éducatif, professionnel, sentimental, social.Je peux faire des choses mais à condition que je le décide par moi-même, sous la contrainte, jamais! C'est pour cette raison que mes études secondaires furent laborieuses et que je dus reprendre les chemins du savoir en cours de promotion sociale tout en exerçant une activité professionnelle. J'ai obtenu ainsi mon BTS en électrotechnique puis gravi à mon rythme les échelons pour devenir ingénieur en maintenance industrielle.

Dans l'exercice de la moto, il y a ce sentiment d'indépendance,cette sensation d'échapper un peu aux règles contraignantes de la route, de se jouer des embouteillages, de dépasser facilement, de narguer les radars (tout au moins de face).La moto, c'est aussi un combat personnel contre la facilité.Il faut sans cesse lutter contre les éléments , le vent, la pluie, le froid, s'harnacher de tout un équipement encombrant, de ravitailler souvent en essence.Il y a aussi la dangerosité du 2 roues liée à l'absence de toute carapace protectrice (si l'on fait abstraction des vêtements de sécurité )et , parfois aussi,  l'ivresse de la vitesse.

Mais revenons à ce voyage de MIDELT proprement dit:y aller en moto offre l'avantage, par rapport à l'avion, de laisser le temps à la préparation psychologique de s' opérer avant une immersion dans un monde inconnu . Je suis resté déjà quelques jours  à SETE avant de prendre le bateau(qui a été retardé pour cause d'avaries).   Cela m'a permis de me recueillir, dans le cimetière qui borde l'étang de Thau ,sur la sépulture de Georges BRASSENS, toute simple, à son image , puis de renouer avec tout son vécu dans le très bel "Espace Georges Brassens" qui lui est consacré...Puis il y a eu la traversée de la Méditerranée ,ce qui est toujours une véritable joie(sauf en cas de tempête).  Les conditions sont idéales pour communiquer avec les autres passagers .ILs sont en général demandeurs aussi pour parler de sujets très divers.On a aussi tout le temps à l'introspection, faire le point,  arrêter un peu le temps comme pour faire un état des lieux avant une nouvelle expérience.Pour continuer ce chemin de réflexion , il y a , après le bateau, encore un long parcours de 450 kms avant d'arriver à Midelt, soit une journée entière avant de mériter le monastère.

 Après l'accueil et l''installation au monastère, ce qui frappe, c'est la grande sérénité des lieux,le calme, une nature paisible, la simplicité des cellules et de la nourriture, la paix qui imprègne les lieux et aussi la bonté des moines. Quasiment seul pendant 2 jours avant que le groupe arrive, je me suis exercé à la vie monastique en vivant au rythme de la liturgie des heures, comme les moines , en commençant à 4 heures du matin.C'est une discipline très contraignante à laquelle on trouve une certaine forme de bonheur, de sérénité.Je savais que c'était un exercice temporaire dans le but de comprendre un peu mieux cette foi qui me semble parfois utopiste. C'est aussi un respect pour les pratiques religieuses et pour ceux qui les pratiquent.Au début, j'avais comme une réaction épidermique à ne pas vouloir accepter la violence qui transparait dans les cantates lorsque le Seigneur terrasse ses ennemis, châtie les impies...etc.Ensuite, je me surprenais à les accepter davantage et à chanter en harmonie avec les moines.Il y a comme une espèce de fascination qui s'exerce avec la pratique religieuse et quelque part, j'avais peur de me laisser aspirer par ces forces occultes ressenties au plus profond de mon être.

 Lorsque le groupe est arrivé , ce fut pour moi comme une libération car j'attendais ces retrouvailles avec impatience.Combien de fois ai-s-je regretté de ne pas être intégré au groupe, surtout dans les moments de difficultés et de solitude.Je me disais alors que j'étais égoïste, marginal et que j'aurais pu faire un effort pour ne pas m'exclure de la sorte.Je regrettais, bien sur, tous ces moments d'intense jubilation du groupe  lors du voyage en avion. Par contre , j'appréciais  cette adrénaline qui m' inonde lorsque je me  mets en danger, confronté à l'inconnu et que seul , il faut dominer ou surpasser les difficultés et les embûches.Sortir de son cadre de confort, se mettre en danger raisonné, donc en question,c'est un exercice qui permet de tester ses limites et de trouver ainsi une certaine sérénité.

 Ce voyage motorisé s'est déroulé de curieuse façon car j'ai eu le sentiment , avant le départ, que des forces se liguaient contre moi pour me faire renoncer, comme pour me dire:"Tu n'es pas digne de rencontrer ces moines , hommes d'exception et tu vas être mis à l'épreuve pour tester tes motivations et épurer tes sentiments."             PREMIERE EREUVE:l'accident 15 jours avant le départ.Ma moto est en révision chez TRAIL 70,je bénéficie d'une moto de prêt, un vrai petit bijou que je teste sur une centaine de kms malgré un temps gris et pluvieux.Je me mets un peu en retard et à 500m de l'arrivée chez Trail 70 pour récupérer ma moto, je percute une voiture qui fait une manoeuvre hasardeuse sur la chaussée.Chute sévère sur le trottoir, moto de prêt hors d'usage, blessé à la jambe gauche et dans le dos, apparemment sans fracture, je refuse l'hôpital. Je souffrirai pendant plusieurs jours de contusions multiples et de 2 plaies qui mettront plusieurs semaines pour cicatriser.                        DEUXIEME EPREUVE: Je pars pour Sète le lundi devant embarquer le lendemain pour la traversée Séte-Nador par le bateau qui vient de Gibraltar.Ce ferry tombe en panne de moteurs en pleine mer;remorqué dans un port espagnol, il ne sera pas réparé avant plusieurs semaines.Le bateau de remplacement ne pourra pas être opérationnel avant le vendredi.Je dois patienter 3 jours à Sète. Beaucoup de Marocains passeront 3jours sur les quais du port dans leur véhicule.Pour ma part, j'ai la chance de trouver une chambre d'hôtes très agréable. TROISIEME EPREUVE:Panne de ventilateur sur la moto ,ce qui induit une surchauffe qui fait cramer une partie du faisceau électrique.Je fais appel à l'assistance de mon assureur;il ,faudra une journée entière au réparateur (et ma participation active)pour adapter un ventilateur de fortune et réparer le faisceau endommagé.

 Après ce 3ème incident, je suis à plat et je me demande si la série va continuer.De plus la compagnie maritime tergiverse et a des difficultés , d'après le représentant de la compagnie :ce sont les autorités marocaines qui refusent le navire de remplacement, celui-ci ayant un trop grand tirant d'eau pour accoster dans le port de Nador.On m'informe par SMS que la traversée se fera vers Tanger. Pour finir ce sera la traversée comme prévu le vendredi Sète-Nador et je ressentirai un grand soulagement lorsque le navire appareillera pour de bon.

 Cette expérience s'est révélée enrichissante à plus d'un titre:- il y a bien sur l'aspect mystique de notre présence sur cette Terre, les questions relatives à Dieu et à la mort, -La beauté de la mission de ces moines , de leur abnégation et de la pertinence de leur mission,-La difficulté de la vie de groupe avec certaines contradictions, les frictions , mais aussi l'entraide, la fraternité, l'affection ,l'amour du prochain qui se manifeste,-la communication avec les personnes d'autres cultures et la promesse sous-jacente d'un monde plus fraternel.

 Après Midelt, je pensais faire plus de tourisme, surtout dans le sud de l'Espagne, prendre le temps de visiter et de discuter avec les gens.Curieusement,je n'en avais plus très envie comme avant le départ malgré la beauté des sites traversés.J'étais en quelque sorte rempli de la grâce de Midelt, de l'esprit de Tibhirine et je n'éprouvais plus le besoin  de nouvelles découvertes. Saturé, je sentais la nécessité de calme , de sérénité pour laisser la fusion s'opérer par osmose avec mon esprit.Ma seule obsession était de rentrer, de me poser et de me laisser envahir par ce sentiment de quiétude et de plénitude qui m'avait été légué par Midelt.Ma dernière étape pour rallier La Franche-Comté fut un peu folle, plus de 1000 kms dans la journée, mais il me tardait trop d'arriver...

19:19 Publié dans Blog, Voyage | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Quelle nouvelle destination, quelle surprise en cette année 2017 nous réserve l'ami François,frère, non pas en habit de bure, mais en tenue de baroudeur, de tous les gens de bonne volonté qui à la queue leu-leu, dans le sillage de Lulu, prêtre et guide spirituel, s'associent à leur ADN ou tout autre bonne cause?

Depuis son examen de conscience fait, écrit, sur ce blog, suite à son pèlerinage au monastère de Midelt, il a dû se poser et se reposer sur ses froides terres, en mangeant certainement bcp de comté pour reprendre des forces. Il en avait bien besoin, lui qui était parti couvert de blessures causées par son accident de moto, lui qui avait été par 3 fois mis à l'épreuve dès avt le départ et la traversée vers le Maroc, comme Jésus l'avait été dans le désert (ttes proportions gardées). Il a fait sienne cette maxime qu'il a vu affichée au prieuré: Si ce que tu as à dire n'est pas + beau que le silence, alors tais-toi". Encore envahi par la quiétude et le sentiment de plénitude ramenés de son séjour à Midelt où il a été frappé, sinon par la grâce divine, du moins par la sérénité des lieux ainsi que la simplicité et la bonté des moines, bonté divine!!

On aura aussi retenu ses questionnements, ses tiraillements entre égocentrisme et altruisme, son refus de tte contrainte bien qu'il se soit plié ne fût-ce que momentanément, par respect, à la discipline contraignante de la vie monacale qui, à travers chants et prières, a exercé sur lui "une espèce de fascination". Agnostique déclaré, il a cherché à mieux comprendre leur foi, il y a même trouvé "une certaine forme de bonheur". A "l'intense jubilation du voyage en avion" qu'avait choisi le groupe mené par Lulu, il a préféré un long, très long, voyage en moto, semé d'embûches, pour faire monter dit-il, "l'adrénaline face à l'inconnu" qu'était ce rendez-vous en terre musulmane avec Notre Dame de l'Atlas. Car, assure-t-il, il fallait "mériter le monastère".

Alors, il s'est pour ainsi dire prêté au jeu, en s'immisçant volontiers dans les pratiques communautaires de ces religieux vivant en vase clos et pourtant ouvert aux étrangers de passage. On a compris qu'au contact de la population dont ils sont très appréciés, amour du prochain et fraternité ne sont pas de vains mots pour ces hommes de Dieu comme pour les soeurs franciscaines des environs qui pratiquent l'entraide au + haut point (à + de 1000 m d'altitude!), humanitaires avt la lettre.

Mais surtout on comprend, humble François, voyageur devant l'Eternel, que tu aies pu être touché par "la grâce de Midelt", marqué à vif par cette expérience qualifiée d'enrichissante, c'est pas peu dire. Pour l'avoir prolongée jusqu'au bout du bout de la piste, à Tattaouine...
ou Tattiouine (bof, à une lettre près!) où tu tenais à rendre hommage à leur tour, à la bonne soeur au nom qui chante de Barbara et ses consoeurs, en partageant leur maigre pitance, ton but atteint, ta mission remplie, il fallait que tu rentres au + vite au pays, brûlant les étapes au risque de te brûler les ailes.

François je te le dis, après avoir déjà mérité le monastère, en suivant ta ligne de conduite qui fait que tu te bats constamment contre la facilité, en poursuivant allègrement ta route, où que tu penses encore aller et où que tu ailles, tu es en passe de mériter le Ciel!

Écrit par : FLANZY Jacques | 17/01/2017

Merci pour ces paroles flatteuses mais néanmoins pleines de pertinence et d'humour, comme je les aime! Mériter le Ciel,peut-être, mais le plus tard possible.Comme disait Jacques BREL:"Mourir, d'accord,mais de mort lente..." Quoiqu'il,en soit, j'ose espérer que mes pas conflueront en 2017 parfois vers les tiens afin de partager ,de vive voix, nos aventures respectives et de savourer ,les lieux y sont propices, une marche découverte dans ces contrées vosgiennes que tu chéris tant.Dans cette attente, je te souhaite une bonne et heureuse année en priant que la muse continue à inspirer tes relations épistolaires.Amitiés. Fan

Écrit par : François | 19/01/2017

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique