guigi
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

12/03/2012

BANGALORE-MAMALAPURAM

Ca y est, j' ai rejoint l' autre côté de l' Inde en faisant une escale d' une petite journée à Bangalore. Bangalore ne m' a pas du tout retenu longtemps. Je l' ai trouvée bruyante et sans pôle d' intêret pour le petit touriste que je suis. Parti de Bangalore ce matin par le premier train, je suis arrivé à Chennai en début d' après-midi, je suis tout de suite parti en bus à Mamalapuram que j' avais visité en janvier. J 'avais bien aimé ce petit village de pêcheurs et ses sites touristiques. Je pense que je vais clore mon voyage ici car il me reste une semaine avant le vol de retour depuis Chennai.

La boucle est bouclée. Je sens que je suis déjà dans la dynamique du retour et je pense fort à toutes les personnes que j' aime et qui me manquent un peu trop ...Le voyage a celà de bon , c' est qu' il décuple les désirs, qu' il fortifie les sentiments et qu' il évite la routine.

Mon voyage m' a inspiré un poème que j' écrirai prochainement. Que les amoureux de Verlaine pardonnent sa spontanéité ...

 

16:58 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Je t'ai suivi tant bien que mal mon cher François, depuis ton pèlerinage touristique à Varanasi où je t'avais envoyé mes précédents commentaires sur tes faits et gestes qui jusque là nous étaient relatés en bonne et dûe forme, commentaires restés sans écho, peut-être parce qu'ils ont remonté le temps me dis-je, ayant mentionné ce lieu si symbolique sous son ancien nom de Bénarès.. un peu comme si, parlant de Paris, je l'appellerais encore Lutèce !

Je t'attendais à vrai dire au terminus du Darjeeling Express où j'aurais suivi avec l'intérêt que tu peux imaginer, ta visite d'une ou l'autre plantation de thé pour y voir la cueillette fastidieuse de ces feuilles à l'origine de ce breuvage divin qu'Astérix n'eut pas détesté. Il aurait peut-être suffi de changer de quai.. au lieu de glandouiller avec des singes, parmi les vaches SDF et les rats scélérats jusqu'au bout de la nuit, avt de sauter de train en rickshaw ou de touk-touk en bus pr arriver à bout de souffle en vue de l'impressionnant Taj Mahal où beauté et majesté de ce monument célébrissime riment avec éternité.

N'était-ce pas là finalement le clou de ton périple, le passage obligé de tout visiteur de cette "incredible India" où selon tes observations "il y a tout et son contraire", où les fastueuses demeures des maharadjahs, comme les grands hôtels au luxe ostentatoire et les immeubles de grand standing côtoient comme tu dis "des bauges d'une noirceur terrifiante", où la modernité fait son chemin pdt que subsistent un peu partt des pratiques ancestrales, où la dévotion de tt un peuple aux dieux et à leurs avatars n'empêche pas le système profondément injuste des castes de se maintenir? On ne peut que t'admirer en tt cas, posant dvt le Taj Mahal et donnant ainsi une touche concrète à la magie qu'exerce le lieu. Dommage qu'elle te tourne le dos, la belle Indienne ds son sari turquoise dont tu aurais pu détourner l'attention pr l'inviter à poser pr la postérité avec toi, le baroudeur bien intentionné venu faire une incursion au pays des nababs!

S'en est suivi une excursion qui aurait mérité l'appellation "safari" si les animaux attendus, le tigre et l'ours du livre de la jungle s'étaient montrés, toi qui espérait retrouver un instant ton âme d'enfant sous les traits de Mowgli, le petit d'homme. Pas de chance, vu que tu avais déjà traqué sans succès le jaguar sur le continent sud-américain! Enfin tu as eu ton lot de consolation en découvrant le savoir-faire artisanal des femmes de là-bas.. à ne pas confondre je suppose, avec les biches semi-apprivoisées que tu as vues en passant!

Écrit par : jacques d'Alsace | 19/03/2012

Intéressantes, ces belles séquences-photos envoyées du Rajasthan avec ces aperçus de la vie rurale et ces scènes de rue où les gens s'activent et se meuvent comme ils peuvent, avec les moyens du bord. Après les dieux, portés comme il se doit au pinacle, c'est le pays des hommes qu'on voit trimer au ras du sol boueux qd il n'est pas poussiéreux. Je ne peux tt de même pas croire que, malgré les mets d'excellence que tu as eu l'occasion de goûter tt au long de tes pérégrinations au pays de Gandhi, tu te sois goinfré au point de voir le conducteur du rickshaw qui te véhiculait, avancer avec peine. A t'apitoyer sur son sort, il te restait la solution.. de descendre pr le pousser!

Et après un coup pr rien à New Delhi qui n'a pas su te retenir, souffrant.. du délit d'embouteillages monstrueux, propres à la +part des gdes villes du monde, voilà une fin de parcours tout en pointillé, effectuée semble-t-il sur les rotules avec ton ordi en bandoulière, lui aussi à la peine, afin de retourner vers ton point de départ, profitant de "la très belle organisation des transports et des chemins de fer en particulier"(sic)..(même s'il arrive que des trains partent avec une demi-journée de retard.. ça n'arrive pas qu'à la SNCF!) pr répondre à nouveau à l'appel du Sud et sillonner une fois encore le sous-continent d'un océan à l'autre, des plages paradisiaques de Goa à ce modeste village de pêcheurs que visiblement tu préfères à la magnificence des palais qui n'ont pu recevoir ta visite au sud-Rajasthan.

C'est là qu'est venu se reposer, non pas Alexandre le Grand, mais François le petit guerrier franc-comtois qui n'a rien de belliqueux, soldat que tu es, oeuvrant pr la paix entre les hommes de bonne volonté, défenseur des gdes causes de l'humanité, toi qui lance un vibrant plaidoyer pr le développement de cet immense pays plein de promesses. C'est là ton dernier poste d'observation d'un monde étranger qui nous paraît étrange à + d'un titre, avt l'envol et le retour sur ses terres du pigeon-voyageur. Alors, bon vol et bon vent, et au plaisir de t'entendre, avt de te revoir peut-être.. qd tu auras achevé ta probable mise en quarantaine!
Jacques, ton lecteur assidu, qui te remercie pr tes deux belles cartes.. en attendant une 3ème, sait-on jamais...

Écrit par : jacques d'Alsace | 19/03/2012

POST-SCRIPTUM: Dans l'antépénultième paragraphe du commentaire qui précède, lire cette phrase additionnelle à celle qui commence par: Après les dieux... c'est le pays des hommes qu'on voit trimer comme des bêtes de somme au ras du sol, boueux quand il n'est pas poussiéreux. Ils font partie de ces mal-nés comme tu les appelles, qui composent l'innombrable peuple des "Intouchables", ainsi considérés par les gens bien nés et les bien-pensants auxquels ils apportent sans sourciller leur rude contribution à une civilisation des + anciennes.
QUE CELA SOIT DIT...

Écrit par : jacques d'Alsace | 23/03/2012

J'ai l'impression d'être débarqué d'une autre planète pour retrouver ma bonne vieille terre de Franche-Comté que j'apprécie particulièrement, surtout au printemps.Bien sur, avide de retrouver tous ceux que j'aime ,et dont je suis en manque,je vais mettre qcq temps à retrouver mes marques ...A bientôt, j'espère.
F

Écrit par : François | 24/03/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique